Témoins de Jéhovah

Si une personne ordinaire demande ce qu’il connait sur «Témoins de Jéhovah», il est probable que l’on peut entendre en réponse que c’est une telle secte. Pour beaucoup, le fait que les Témoins de Jéhovah existent légitimement dans presque tous les pays, et dans certains pour plus de cent ans, peut être une révélation. Journaux “Watchtower” et “Awake!” Cette organisation religieuse est généralement entrée dans le Guinness Book of Records, les plus massives avec une diffusion de 46 et 36 millions d’exemplaires par mois!

Dans certains pays européens, les Témoins de Jéhovah en général sont quelques-unes des principales religions: en Italie, c’est la deuxième plus grande dénomination chrétienne après l’Église catholique, en Allemagne, la troisième après le catholique et le Luthérien. En Russie, cependant, la situation est plus tendue, bien que le nombre de partisans de cette foi dépasse 100 000 personnes.

Dès 1991, les Témoins de Jéhovah ont été officiellement reconnus en Russie en tant que victimes de répressions politiques staliniennes, après quoi le ministère de la Justice a même enregistré cette organisation religieuse. Cependant, dans les années 90, lorsqu’ils sont appliqués à ces personnes, les répressions “douces” sont renouvelées – dans la presse, les termes “secte totalitaire” et simplement “secte” se glissent de temps en temps.

Témoins de Jéhovah

Apparu immédiatement un grand nombre de propagandistes, de sectologues et simplement d’exposants qui ont commencé à faner la flamme de l’intransigeance religieuse. Mais le nombre de Témoins de Jéhovah en Russie est estimé à des dizaines de milliers! Les critiques savent-ils que l’organisation des Témoins de Jéhovah est le protestant international et le plus important de tous en Russie? Il n’est pas surprenant que la question de la perception du courant soit assez aiguë, c’est pourquoi il est nécessaire de déconsidérer les principaux mythes sur les Témoins de Jéhovah.

Les Témoins de Jéhovah sont une telle secte.

Le terme même «secte» n’est pas un concept aussi religieux que l’étiquette insultante, qui est souvent suspendue aux minorités religieuses. Ce mot aujourd’hui est heureux d’être accroché à la fois aux ecclésiastiques et aux journalistes sur les Témoins de Jéhovah, bien que peu de gens représentent vraiment le sens réel du terme. En latin, secta signifie “flux” ou “direction”. L’expression grecque du mot est le terme «hérésie», qui n’a pas non plus la signification négative qu’il a acquise. Au départ, les sectes s’appelaient des groupes politiques et religieux, même les premiers chrétiens étaient appelés comme ça! Et en anglais, le mot «secte» et maintenant ne comporte pas de couleur négative. Mais en russe, ce mot est associé exclusivement à des associations négatives. Sous le régime soviétique, les groupes religieux hostiles au système de l’État ont été si méprisés. Naturellement, les sectes étaient considérées comme des ennemis des personnes, qui ont collaboré avec des services spéciaux étrangers. En conséquence, le terme neutre a été compromis, aujourd’hui les savants religieux russes essaient de ne pas les exploiter. Partout dans le monde, le mot «secte» est utilisé pour désigner l’un des types d’organisations religieuses. Le «Dictionnaire religieux encyclopédique» dit que la principale différence entre une secte et l’église est le rejet du monde, l’absence d’organisation bureaucratique et le culte moins formalisé. Mais les Témoins de Jéhovah n’ont pas d’aversion pour le monde: ils mènent une vie ordinaire sans aller à un monastère, il n’y a pas de vœu de célibat et de renoncement au divertissement mondain. Les services divins sont également suffisamment formalisés et la bureaucratie est propre. Il y a une opposition théologique au catholicisme et à l’orthodoxie, mais cette caractéristique est inhérente à toutes les églises protestantes, que personne n’appelle les sectes. Oui, et les Témoins de Jéhovah n’ont pas de chef charismatique, leurs activités sont ouvertes, conformément aux lois. Dans certains pays, ce n’est même pas une minorité religieuse. C’est pourquoi la plupart des religieux indépendants ne renvoient pas cette religion aux sectes. Il est à noter que dans la résolution officielle du Conseil épiscopal de l’Église orthodoxe russe «Sur les sectes pseudo-chrétiennes» de 1994, les Témoins de Jéhovah ne sont pas mentionnés sur cette liste.

Les Témoins de Jéhovah sont une organisation destructrice avec un parti pris totalitaire.

C’est une erreur d’appeler cette organisation à une secte totalitaire, car un tel concept n’existe pas du tout. Et le terme a été inventé par des personnes absolument concrètes qui, sur cette base, ont organisé un mouvement de lutte contre cet ennemi invisible. Les faits concernant des centaines de milliers de familles en ruine restent des fictions. Nulle part dans le monde des Témoins de Jéhovah n’est identifié avec des sectes et des sectes dangereuses. En 1999, un examen officiel a été effectué par le ministère de la Justice de la Russie, dans lequel il a été explicitement indiqué que les actes et les documents de l’organisation ne contiennent aucun appel à la violence et incitent à la haine raciale, nationale et religieuse. Un examen sociologique effectué dans le cadre de la cour en 1998 a révélé que la doctrine n’a pas d’impact négatif sur les relations familiales, de plus elle a un effet bénéfique sur ceux qui sont en crise mentale. L’expertise psychologique a montré que rester dans la communauté a un impact positif sur les paramètres intrapersonnels. Et le texte linguistique de la littérature religieuse n’a révélé aucun appel pour se soustraire aux devoirs établis par la loi, au contraire, exige un respect de la loi. Sur la base de ce qui précède, le tribunal n’a rien trouvé d’illégal dans les activités des Témoins de Jéhovah, il n’y avait aucun signe d’activité extrémiste. En ce qui concerne les accusations de totalitarisme concernant d’autres églises, on peut rappeler les guerres conquérantes des armées musulmanes, les conflits civils dans le clergé orthodoxe, les persécutions et l’inquisition. Souvent, la notion d’organisation totalitaire est comprise comme un certain style de gestion, qui assure un contrôle strict sur la vie des membres de l’organisation, l’existence d’un groupe d’interdictions et de restrictions et l’existence d’un système de sanctions. En outre, dans le terme, le terme «zombification» incite finalement les auditeurs non préparés. En fait, les témoins de Jéhovah exhortent les gens à aligner leurs vies avec la Parole de Dieu. Naturellement, la coordination comporte un certain nombre de limites. Cependant, l’absence fondamentale de restrictions est une sorte de nihilisme. Dans toutes les religions du monde, il existe des centaines de restrictions, très difficiles parfois, mais personne n’est pressé de les déclarer totalitaires. Ci-dessous, nous considérerons un groupe de mythes qui désassocieront complètement l’idée du totalitarisme des Témoins de Jéhovah.

Les Témoins de Jéhovah sont contre l’Etat.

Parlant de l’opposition des sectes totalitaires à l’État, on oublie qu’aucune église ne met les valeurs du monde au-dessus de sa foi, même dans l’orthodoxie, on dit que l’Église peut refuser l’obéissance si elle est forcée de se retirer de sa foi. Les Témoins de Jéhovah n’appellent pas le renversement du système, au contraire, leur foi implique l’obéissance à l’Etat, pourvu qu’il ne nécessite pas la trahison de leur foi.

Les Témoins de Jéhovah contrôlent excessivement l’identité des personnes.

Habituellement, dans la preuve de ce fait, l’argument est donné que les témoins sont interdits de communiquer avec les anciens membres expulsés de l’organisation. Cependant, des règles similaires existent dans d’autres religions, même en orthodoxie: «Si quelqu’un avec une église excommuniée priera, même s’il était dans la maison: qu’il soit excommunié (règles apostoliques, 10)». Dans l’Islam, il dit: “Ne prenez pas les Juifs et les Chrétiens comme amis: ils sont amis les uns envers les autres” (Sura 5:51). Dans un certain nombre de pays islamiques en général, la transition vers une autre foi peut être punie par la mort.

Les Témoins de Jéhovah ont un style de gestion centralisé, ce qui indique leur totalitarisme.

Aujourd’hui, ce style est généralement appelé la verticale de la puissance. En général, plus la religion est traditionnelle, mieux elle est organisée. Une telle structure centralisée est inhérente tant à l’Église catholique romaine qu’à l’Église orthodoxe russe. En eux, le patriarche est pratiquement un roi, et sa parole porte la fonction du droit. Sans la bénédiction du père spirituel, un paroissien ordinaire et un pas ne peuvent pas marcher. Aujourd’hui, l’évêque peut dissoudre à lui seul l’assemblée paroissiale et le rassembler à sa discrétion.Et la raison peut être très formelle – non respect des règles canoniques. Donc, maudissant les témoins pour la structure verticale, il faut aussi gronder les autres religions. Le fait qu’un tel système de gestion est bon ou non est une autre question.

Les Témoins de Jéhovah provoquent leurs adhérents à se suicider.

À bien des égards, les gens ont peur des sectes qu’ils auraient provoquer du suicide chez les personnes souffrant de psychose faible. Cependant, les gens qui étudient les Témoins de Jéhovah pendant de nombreuses années, notent qu’il y a peu de cas de suicide parmi eux, et même ceux qui ont souffert de dépression depuis longtemps. De telles statistiques, bien sûr, ne suffisent pas à confirmer ce mythe. Encore une fois, le double standard peut être mentionné: dans le luthéranisme, les suicides ont été observés pour prouver leur foi, pendant le pèlerinage des musulmans à La Mecque, des centaines de personnes meurent chaque année et des histoires d’auto-immolation des anciens croyants russes sont connues. Cependant, personne n’est pressé de déclarer ces sectes religieuses.

Les Témoins de Jéhovah ne peuvent pas partir volontairement.

Dans la communauté, la victime aurait été enchevêtrée par des “tentacules” et finit par perdre son testament. Il y a aussi des rumeurs selon lesquelles tous ceux qui ont quitté la communauté seront punis. Il n’est pas surprenant que, dans ce contexte, il existe des centres de réadaptation des victimes des sectes. En fait, il y a peu de gens qui, à un moment, se sont envie d’être témoins et ils ont simplement quitté la communauté. Personne ne les a forcés à revenir, n’ont pas maudisé ou menacé de représailles. En général, dans n’importe quel pays, garder une personne dans une telle organisation contre son testament est considéré comme un crime. Les témoins de Jéhovah n’ont pas de problèmes avec les organismes d’application de la loi. Il sera naïf de considérer que les Témoins ont opéré sous le nez des corps européens et américains depuis plus de cent ans et qui sont aveugles sans remarquer la nature criminelle. Il est très difficile de venir à la communauté, il faut des changements sérieux, mais il est facile de partir, tout simplement changer d’avis. Cette étape n’est pas plus difficile à faire que dans les autres églises.

Les Témoins de Jéhovah mènent des activités extrémistes.

Récemment, le plus souvent, le concept de “totalitaire” semble nouveau – “extrémiste”. Ce mot particulier est compréhensible, car cette activité est clairement définie et interdite par la loi. Cependant, cette accusation est ridicule: les Témoins de Jéhovah sont l’une des dénominations les plus pacifistes, ils ne donnent pas à leurs enfants des cercles de boxe et de karaté et sont même persécutés pour avoir refusé de se battre. Cependant, dans notre pays pour eux, un autre service est fourni. Cependant, les sectologistes considèrent les extrémistes comme la condamnation même de certains actes humains par les Témoins. Mais dans ce cas, nous sommes tous des extrémistes, parce que nous condamnons d’autres personnes, interdisant aux enfants de communiquer avec de mauvais enfants. Et toute religion explique les actions correctes et celles qui ne l’sont pas. Même le christianisme refuse directement les musulmans pour le salut, puisqu’ils ne reconnaissent pas les dogmes du Christ.

Les témoins de Jéhovah ont un intérêt commercial.

Ce mythe implique que les activités de la communauté visent à réaliser des profits. Les activités non commerciales ne sont en aucun cas liées soit à la production de biens, ni à la production de services, mais non l’objectif de faire un profit. En ce qui concerne les Témoins de Jéhovah, on peut dire qu’ils s’opposent systématiquement à l’extraction des bénéfices des activités d’orientation religieuse. Toutes leurs activités sont entièrement parrainées par des dons volontaires. Et cela est facile à vérifier, car les rapports financiers des communautés n’ont jamais été cachés. La littérature a toujours été fournie gratuitement ou à moindre coût (certaines lois l’exigent), les cours sont également gratuits. Dans les lieux de rencontre des croyants, toute activité commerciale est interdite. Dans le contexte d’autres dénominations, cela met en lumière les Témoins. Ils n’ont pas de magasins ecclésiastiques et ne fournissent pas de services liturgiques pour de l’argent. Tout détournement de fonds personnels de la communauté à des fins personnelles est interdit. Les dirigeants des Témoins vivent dans des conditions modestes et participent à égalité avec tous dans les travaux publics.Cela peut être vu lors de la tournée dans le centre communautaire mondial de New York. Et dans tous les statuts de l’organisation, il est enregistré, il n’y a donc pas de faits confirmant ce mythe.

Les Témoins de Jéhovah ne sont pas chrétiens par les chrétiens, c’est plutôt une organisation pseudo-chrétienne.

Il n’y a pas de concept unique et sans ambiguïté de qui peut être considéré comme chrétien et qui n’est pas. Chaque dénomination a sa propre opinion sur ce point, habituellement associée de façon invariable à ce concept, c’est ce qui leur est propre. Dans ce cas, les Témoins de Jéhovah ne font pas exception. La plupart des érudits acceptent les critères suivants: la reconnaissance comme les Écritures de Dieu du Nouveau Testament et Jésus comme fils de Dieu. Mais dans cet aspect, les témoins sont membres à part entière de la famille des dénominations chrétiennes. Cette communauté soutient la croyance apostolique, datant du 3ème siècle, mot à mot. Beaucoup de gens entendent la parole de Jéhovah, mais ce n’est qu’un nom biblique de Dieu, non inventé par des témoins, mais emprunté au vocabulaire orthodoxe. On mentionne souvent que les témoins ne reconnaissent pas Jésus et sa divinité, mais ce n’est pas le cas. Ils rejettent simplement la doctrine du Dieu trié, en particulier le dogme de la consubstantialité du Fils et du Père. Au fait, cette croyance est difficile à appeler primordialement chrétienne, puisqu’elle n’a pris forme qu’au IVe siècle. En plus des Témoins de Jéhovah, il existe de nombreuses autres églises et dénominations indépendantes qui ne reconnaissent pas la doctrine de la Trinité. Seulement en Amérique du Nord, il y en a environ 600. Cependant, personne ne leur refuse le droit d’être appelé chrétien.

Dans de nombreux pays, les Témoins de Jéhovah sont généralement interdits.

De toute façon, leurs activités sont très limitées dans 25 états d’Asie et d’Afrique. Mais ce sont les pays avec des régimes totalitaires ou islamiques (Arabie Saoudite), ou communistes (Corée du Nord). Dans ces pays, toutes les confessions chrétiennes sont souvent interdites, ou seules les personnes traditionnelles sont autorisées. Oui, là pour dire – en Chine, l’Église catholique romaine est interdite. Mais dans plus de 200 pays et territoires, les Témoins de Jéhovah agissent légalement, y compris toute l’Europe et les Amériques. Comme on le voit dans tous les pays démocratiques et les plus en développement, la communauté n’est pas du tout interdite. De plus, l’État soutient ce mouvement de toutes les manières, en Suède, les témoins ne sont officiellement pas autorisés à transporter le service militaire. En France, environ 50 associations sont exonérées de la fiscalité; en Grèce et en Roumanie, ils ont le statut de «religion reconnue» et en Italie un accord avec le gouvernement a été signé. Les activités de la communauté ne sont pas interdites même à Cuba et en Biélorussie.

Les Témoins de Jéhovah sont engagés dans le recrutement de personnes et leur zombification ultérieure.

Cette déclaration n’a pas de sens principalement parce que l’activité missionnaire en elle-même est le sang et la chair du christianisme. C’est pourquoi il est devenu la religion mondiale – Jésus, puis les apôtres ont prêché publiquement, ils diront aujourd’hui qu’ils ont “recruté” leur troupeau. Jésus a dit à ses apôtres de prêcher, qu’est-ce qui ne va pas avec le fait que les Témoins de Jéhovah suivent leur exemple? Aujourd’hui, à leur juste valeur, il y a simplement une substitution de concepts. Jésus-Christ a prêché ou encore recruté? Il est zombiroval ou non? Aujourd’hui, l’état commence à lutter contre le nihilisme juridique, par conséquent, on ne peut pas condamner publiquement le fait que la loi n’est pas interdite. Dans aucun pays normal, il est interdit de sonner la porte avec un sermon religieux. L’activité de prédication des prêtres orthodoxes est la bienvenue, pourquoi devrions-nous interdire les activités des Témoins de Jéhovah? Une zombification n’a pu être confirmée par un spécialiste, elle n’existe tout simplement pas! Même les méthodes de la PNL, si communes dans la société moderne, les témoins ne sont pas formés. Toute leur activité consiste à lire les citations bibliques des personnes et à offrir des publications pertinentes. Oui, et quel type de zombification peut être discuté, si rejoindre les rangs de la communauté prévoit le refus d’alcool, de tabagisme, de tromperie, de langage grossier, etc.? Comment pouvez-vous influencer une personne de sorte qu’il efface de cela et pourquoi ces méthodes ne sont-elles pas utilisées par l’État même en matière de rééducation d’éléments antisociaux?

Les Témoins de Jéhovah enlèvent leurs biens, leurs appartements et leur argent auprès des gens.

Les admirateurs de ce mythe, simplement mis, reprochent aux membres de la communauté de voler. Un tel argument est inventé artificiellement, c’est un exemple de l’utilisation de technologies sales dans les conflits interconfessionnels. En aucun tribunal du monde, il n’a jamais été possible de prouver le fait d’actes criminels organisés. En fait, l’intégrité cristalline des Témoins de Jéhovah est leur carte de visite, connue partout dans le monde. Vous pouvez mentionner que leurs centres de gestion ont des magasins dans lesquels les personnes elles-mêmes mettent le bon montant en espèces. Et dans de nombreux pays, il existe des entreprises où seuls les témoins sont employés. Ce sont tous des faits bien connus, dont beaucoup préfèrent ne pas se remarquer.

семьи Les familles sont détruites par les Témoins de Jéhovah.

Pour réfuter ce mythe, il faut regarder les statistiques du divorce parmi les Témoins de Jéhovah. Dans les pays où, dans les familles ordinaires, ce chiffre dépasse 50% parmi les membres de la communauté, ce n’est pas plus de 15%, alors que ceux qui ont déjà divorcé avant de se joindre à l’organisation sont inclus ici. Il n’est pas surprenant que l’écrasante majorité des Témoins rejette catégoriquement le divorce, tout en conservant les liens de mariage mieux que d’autres. Fait intéressant, par exemple en Inde, la destruction des familles est accusée de dénominations chrétiennes traditionnelles, en particulier du catholicisme. Les Témoins de Jéhovah sont l’une des religions les plus orientées vers la famille. La plupart des publications dans leur presse sont consacrées à la manière de résoudre de manière appropriée et chrétienne les problèmes familiaux émergents. Le divorce reste le cas le plus extrême, seulement en cas de trahison ou d’abus physique par l’un des conjoints. Un témoin n’a pas le droit de quitter sa famille si ses opinions ne sont pas perçues. Les enfants et les adolescents fidèles sont encouragés à respecter et à écouter leurs parents, même si le comportement est loin de la moralité chrétienne. Au Japon, avec admiration, ils ont écrit sur le témoin qui a refusé une carrière pour le bien de la famille, dans ce pays cette étape semble plutôt inhabituelle. Tout cela porte fruit – dans de nombreux pays, la publication des Témoins est utilisée même dans les programmes éducatifs de l’État. D’accord, c’est ridicule et ridicule dans ce contexte d’entendre parler de la destruction de la communauté des familles.

Les Témoins de Jéhovah refusent les transfusions sanguines, car il s’agit d’une tentative directe de leur vie.

Cette position a un caractère religieux, correspond à la position des premiers chrétiens qui ont refusé d’accepter le sang de quelque forme que ce soit, à laquelle il existe des signes de penseurs de cette époque. Il est important de comprendre ce qui suit: les témoins ne refusent en principe pas le traitement, ils essaient simplement de trouver une méthode qui ne comprend pas la transfusion sanguine. C’est pourquoi ils demandent d’utiliser des méthodes alternatives, qui existent en passant, elles sont en outre plus efficaces et sûres. Une telle position religieuse consciente correspond aux droits du patient, qui est consacré dans la législation de tous les pays démocratiques. Comment pouvez-vous critiquer les témoins pour le fait qu’ils préfèrent certaines méthodes à d’autres, même en acceptant qu’une certaine propagande soit menée en même temps. Dans ce cas, par analogie, il est nécessaire d’interdire à tous ceux qui prêchent d’autres méthodes de traitement. Ce sujet est délibérément gonflé, des cas éprouvés de décès par unités non transfusionnelles, mais le nombre d’infections infectieuses et de complications est énorme. Ainsi, il est évident que le problème est principalement d’origine religieuse, pas d’ordre médico-juridique. Mais il existe des courants similaires dans d’autres religions. Donc, de la même transfusion sanguine est refusée dans certains milieux juifs, le judaïsme et l’islam sont ambigus quant à la transplantation d’organes, en Islam il y a une interdiction de l’autopsie et même l’alcool est interdit! Mais nulle part il n’y a de ressentiment envers ce problème, comme en Russie.Pendant ce temps, un refus volontaire de transfuser le sang ne constitue pas une violation de la loi. En particulier, les témoins n’incitent pas les autres à faire de même, ils se refusent tout simplement, en faisant des choix personnels. Et la transfusion sanguine elle-même n’est pas toujours une panacée, par exemple, aux États-Unis dans les années 70, seulement 3500 personnes par an sont mortes d’hépatite due à une transfusion sanguine, mais aujourd’hui, le problème s’est aggravé par la propagation du sida. L’opportunité de la transfusion sanguine elle-même est remise en cause aujourd’hui, à l’exception du cas avec une grande perte de sang. Ne regardez donc pas les Témoins de Jéhovah comme des fanatiques suicides qui refusent les avantages de la médecine moderne. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes refusent les transfusions de sang, aux États-Unis. Les témoins ne représentent que 15 p. 100 d’entre eux.

Add a Comment