Sushi

Sushi

– un plat de riz bouilli et acidifié avec des tranches de vie marine crue ou d’autres farces (caviar, légumes, etc.). Tout cela est enveloppé dans du soja et du chignon de mer séché.

Sushi

Neuf sur dix interrogés qui ont inventé des sushis sans hésiter répondront – les Japonais. En fait, l’auteur de la création du plat, dont toute l’humanité moderne devient folle, appartient aux habitants de l’Empire céleste.

Dès le quatrième siècle av. J.-C., une manière spéciale de conserver le poisson a été utilisée sur la côte sud-est asiatique, d’où l’art de la création de sushi est né plus tard. En bout de ligne, si les poissons étaient nettoyés et couverts de riz, ils seraient stockés beaucoup plus longtemps. Cependant, le riz après une telle utilisation devait être rejeté, mais une fois pour toutes, le problème du poisson pourri était résolu.

Près de six siècles, la méthode de conservation n’avait pas de nom, et seulement au deuxième siècle de notre ère apparait le mot “sushi”. En outre, à cette époque, le poisson préparé de cette façon a commencé à être servi dans certains établissements comme un plat culinaire.

Après six cents ans, la technologie du stockage des poissons a atteint le Japon. Cela s’est produit en raison de nombreuses guerres, à cause desquelles les cultures des deux pays se sont mêlées. Certes, les gens de la Terre du Soleil Levant sont allés plus loin que leurs homologues de l’Empire céleste – ils ont commencé à verser du poisson avec du riz non afin de le conserver, mais de lui donner un nouveau goût et servir de plat culinaire. On l’appelle nare-sushi.

Sushi

Au début du XIX siècle, l’évolution du pays s’est terminée. Des restaurants spéciaux – bars à sushis – ont commencé à ouvrir tout le Japon. Ils ont reçu une reconnaissance spéciale sur la côte près de Tokyo (à cette époque, la ville s’appelait aussi Edo). Plus que d’autres dans la popularisation de la terre, Yohei Hanaya a réussi, a ensuite reçu le titre de maître de la terre des autorités du pays. C’est cet homme qui a introduit la tradition de ne servir que des sushis très frais. Il a également trouvé toutes les principales catégories de terres: sushi, sashimi, rouleaux, nigiri, coquelicots, etc.

Les sushis sont dangereux pour la santé: dans les fruits de mer thermiquement non transformés, ils peuvent contenir des bactéries et des parasites dangereux.

Il existe certainement un certain risque, car la garantie de conformité aux normes sanitaires pour le stockage des produits reste toujours sur la conscience de l’administration et des travailleurs du bar à sushis. Selon les scientifiques, les microorganismes dangereux, qui peuvent être contenus dans les poissons de la mer et de la rivière, meurent lorsqu’ils sont gelés à -60 degrés Celsius. Ainsi, vous pouvez essayer d’éviter les problèmes de santé en choisissant des bars à sushis et des restaurants japonais avec une bonne réputation.

Sushi est idéal pour boire avec du vin de prune japonais.

Etrangement, c’est un mythe, les sommeliers professionnels ne recommandent pas le vin de prune à la cuisine japonaise, en l’expliquant par la mauvaise compatibilité du goût sucré de la boisson avec un goût très salé de sushi. Pour les fans de combinaisons gastronomiques nationales, il sera plus approprié de faire un choix en faveur de l’amour, mais tout vin blanc sec sera également adapté. Des boissons gazeuses, il vaut mieux choisir le thé vert.

Sushi

Le sushi est faible en calories.

C’est vrai si on le compare à la cuisine européenne, par exemple. La valeur énergétique d’un morceau de rouleaux avec du thon, par exemple, seulement 20 kcal, et un rouleau de “Californie” enrichira le corps avec 28 kcal. Le riz, bien sûr, ne diffère pas dans sa faible valeur énergétique: en 100 grammes, 330 kilocalories sont contenues, mais cela est compensé par une teneur élevée en fibres utiles. Mais les autres composants de la terre peuvent vraiment être appelés à faible teneur en calories et, en outre, affectent positivement la santé des amateurs de cuisine japonaise. Les fruits de mer, en plus des vitamines et des minéraux, contiennent des acides gras, extrêmement utiles pour le système cardiovasculaire. Les nori-algues dans lesquelles le riz et le poisson sont enroulés, sont la source de vitamine B12 et la pâte de wasabi à partir de la même racine – un véritable entrepôt de vitamine C.

Les sushis peuvent être fabriqués à partir de riz ordinaire.

C’est une illusion qui peut être facilement déconsidérée par n’importe quel maître de sushi. Le riz au sushi a besoin de spécial, avec des grains courts, ronds et lisses. Il contient une quantité d’amidon légèrement plus grande, ce qui lui donne une adhésivité spéciale pendant le traitement thermique. Grâce à cette qualité, vous pouvez facilement former des morceaux de riz qui ne s’effondreront pas.

Les sushis et les roulés sont des choses différentes.

Pas vrai. Les rouleaux sont l’un des types de sushis, représentant des petits rouleaux de riz enroulés dans des algues spéciales – nori. Le nom japonais des rolls est makizushi.

Sushi

Des “Rolls célèbres” Californie ont été inventés par les Américains en Amérique.

La vérité n’est que la moitié. Les rouleaux de Californie ont vraiment été inventés aux États-Unis, mais par un maître de sushi japonais. Ce chef-maitre, qui a contribué de manière significative à la popularisation des terres en Amérique, s’appelait Iriko Masita. Les Japonais ont adapté le plat traditionnel du pays du soleil levant aux goûts des Américains, en remplaçant les poissons crus par de la viande de crabe, en ajoutant un morceau d’avocat, un peu de concombre et en ajoutant tout avec le délicieux caviar des poissons volants.

Le riz est un ingrédient important, sans le sushi n’est pas un sushi.

Il est vrai. Les composants des fruits de mer ou des légumes peuvent varier dans la composition du terrain, mais la présence de riz est nécessaire. Comment donc expliquer que le caractère chinois de la désignation foncière est traduit par «poisson mariné» sans mention du riz? La chose est que, jusqu’au 16ème siècle, le riz n’était pas utilisé comme élément le plus important de la terre, mais simplement comme un moyen de préserver la fraîcheur du poisson: il a été coupé en morceaux et, couvert de sel et de riz, conservé pendant un an.

Si le sushi est trop grand, vous pouvez mordre un morceau.

C’est un mythe. En ce qui concerne les règles d’utilisation des terres, il n’est pas accepté de mordre. Même si la pièce n’est pas très petite, tout de même, les règles d’étiquette prescrivent, sans plus tarder, la mettre complètement dans la bouche.

Les sushis ne peuvent être mangés qu’avec des baguettes.

Mythe, car tous les types de terre ne sont pas appropriés pour les bâtons. Par exemple, ce type de sushi comme teemaki doit être pris avec les doigts, car il est tout simplement impossible de prendre des tranches de 10 cm à l’aide de bâtons. Temaki est un grand cône de nori – les algues japonaises, dans lesquelles le riz et les autres ingrédients de ce plat sont emballés.

Sushi

Il est très difficile d’utiliser des baguettes.

Cela est vrai uniquement à première vue. Certaines compétences, bien sûr, seront nécessaires, mais il est assez facile à apprendre. Le premier bâton doit être placé dans le trou entre le pouce et l’index, assurez-vous de maintenir l’oreiller sans nom. La deuxième baguette devrait être prise avec le milieu, l’index et le pouce. Il convient de noter que seul le deuxième bâton est déplacé en mouvement, le premier reste stationnaire.

Add a Comment