Les temples les plus inhabituels

Il existe de nombreuses religions dans le monde et la plupart d’entre elles forment des temples. Presque toutes les quatre personnes dans le monde professent l’une des religions orientales. Il s’agit du bouddhisme, du taoïsme, du sikhisme ou de l’hindouisme. Mais combien toutes ces religions diffèrent les unes des autres, de sorte que les temples dans lesquels les gens adorent leurs dieux sont diversifiés dans leur architecture.

Certains sont des ruines antiques, d’autres sont assez modernes. En conséquence, il y a des centaines voire des milliers de temples incroyables dans le monde. Nous ne parlerons que des plus étonnants et célèbres d’entre eux. Visiter l’Asie et ne pas visiter l’un d’entre eux est un véritable sacrilège pour le voyageur.

Les temples les plus inhabituels

Monastère Nest of the Tiger.

Ce monastère est haut dans les montagnes au bord de la falaise. Les altitudes au-dessus du niveau de la mer sont ici de 3120 mètres, et au-dessus de la vallée de Paro, le monastère est calibré pour 700 mètres. Cet endroit est l’un des saints au Bhoutan. Selon la légende de Guru Rinpoche, pour sa contribution, le vénéré, comme le second Bouddha, s’est envolé sur le dos du tigre. Après cela, le saint a médité dans la grotte, qui est encore derrière les murs du monastère. Le monastère The Tiger’s Nest a été construit en 1692, mais après un incendie en 1998, il a subi une reconstruction considérable. Le gouvernement du pays sait combien cet endroit est important pour les croyants, donc sur la base de documents d’archives, il a tout fait pour préserver l’église sous sa forme originale. Mais seuls les bouddhistes pratiquants peuvent arriver ici, mais pour les touristes ordinaires, un permis spécial est requis. Le voyage au temple lui-même peut se faire au fond du mulet, tandis que de belles vues s’ouvriront et l’unité avec la nature se sentira. Wat-Rong-kun’s

Les temples les plus inhabituels Les temples les plus inhabituels

.

Ce temple thaïlandais est considéré par beaucoup comme le plus beau bâtiment du monde. En tout cas, il est significativement différent de toutes les structures bouddhistes dans le monde. Le temple entier est blanc et très richement décoré avec des éléments dorés. Les miroirs mosaïques sur les motifs créent un éclat magique. Le temple se distingue par ses modèles d’albâtre, comme si le palais de la Reine des neiges, exécuté dans le style oriental. Ce bâtiment est apparu grâce au célèbre artiste thaïlandais Chalemchay Kositpipata. Il a trouvé toute l’architecture et de nombreuses statues. Chacun d’eux porte une certaine signification. Ce temple est assez jeune, il a commencé à être construit dans un style moderne en 1998. Il y a aussi une galerie, représentant les peintures du Kositpipata. C’est curieux, mais l’architecte construit un temple exclusivement à ses frais, afin de ne pas dépendre des souhaits des sponsors. En conséquence, l’artiste a déjà investi plusieurs millions de dollars à Wat-Rong-Kung.

Les temples les plus inhabituels

Prambanan.

Ce complexe de temple hindou est situé dans la partie centrale de l’île de Java, en Indonésie. Il a été construit ici en 856 après JC, mais presque immédiatement après que le travail sur celui-ci a commencé à s’effondrer. Mais la vraie reconstruction n’a commencé ici qu’en 1918. Bien que officiellement les travaux de restauration aient été achevés en 1953, les restaurateurs travaillent encore ici. Le complexe comprend trois immenses temples dédiés à Shiva, Vishnu et Brahma. Au centre de chaque structure se trouve la figure de la divinité correspondante. Il y a des temples moins importants ici, ils sont destinés à d’autres animaux sacrés et sacrés, sur lesquels les divinités se sont déplacées. Presque tous les murs des bâtiments en pierre sont couverts de dessins en relief qui racontent les histoires des actes des dieux, des histoires du Ramayana et d’autres légendes. Le temple, bien que pas le plus grand du pays, mais remarquable par sa beauté, sa grâce et sa riche histoire. En 1951, Prambanan a été reconnu comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Les temples les plus inhabituels

Pagode Shwedagon.

Au sujet de l’époque de la construction de cette pagode au Myanmar n’est pas exactement connue. Les légendes disent qu’il a déjà 2,5 mille ans. Mais les archéologues croient que le temple a été construit entre les 6ème et 10ème siècles. Habituellement, quand les gens disent un temple doré, ils signifient sa couleur dorée. Mais dans le cas de la Pagode Shwedagon, le mot «doré» doit être compris au sens littéral. Au 15ème siècle, la Reine Mon a donné du métal précieux pour couvrir le temple.Cette tradition a survécu à ce jour – les pèlerins achètent de petites feuilles d’or pour coller les murs de la pagode. Comme si cela ne suffisait pas, la flèche du dôme est couverte de 5 mille diamants et 2 mille rubis. Au sommet, il y a même une pierre en 76 carats. Voici des reliques bouddhistes vénérées – le personnel de Kakusandhi, le filtre à eau de Kanagamana, un morceau de tunique de Kassala et, surtout, les huit cheveux de Gautama lui-même. Il n’est pas surprenant que le stupa de 98 mètres devienne constamment l’objet de revendications d’envahisseurs étrangers. En 1608, les Portugais ont pillé le temple et ont volé une cloche de 300 tonnes ornée de bijoux. En 1823, l’autre tenta de sortir une autre cloche d’ici les Britanniques. La pagode est une véritable Mecque pour les touristes du monde entier, surtout la belle, elle regarde le coucher du soleil.

Les temples les plus inhabituels

Temple du Ciel.

Ce complexe temple-monastère est situé à Pékin. Il se distingue ici le seul tour du temple de la ville: le temple de la récolte ou le temple du ciel. Il est le principal dans tout le complexe. La structure entière a été construite ici en 1420 par l’empereur Yongle de la dynastie Ming. On a supposé que le bâtiment deviendrait le temple personnel du souverain, où il prierait pour une bonne récolte et pour la rédemption des péchés de son peuple. Depuis 1530, le temple a commencé à exercer les fonctions d’adoration du ciel. Un bâtiment inhabituel au sud-est des palais de l’empereur est situé. Sa forme est liée au fait que le cercle symbolise en Chine exactement le ciel. Cependant, il y avait une fois le culte dans le temple et la terre, c’est pourquoi il y a aussi des éléments carrés. Près de 5 siècles par année le jour du solstice d’hiver, les empereurs du pays sont venus ici, exaltant les cadeaux de l’élément aérien. Le maître suppliait le vent, la pluie, le froid et la chaleur, afin qu’ils arrivent à temps. Et cet objet est inclus dans le patrimoine mondial de l’UNESCO, en plus d’être un symbole de la ville.

Les temples les plus inhabituels

Temple de Chion.

Ce temple a été construit en 1234 par la secte Yodo en l’honneur de son fondateur, monseigneur Honen. Il a enseigné que l’adoration du dieu bouddhiste Amide et lui étant fidèle, on peut arriver à la Terre pure, c’est-à-dire au paradis. Dans le lieu d’habitation et de service du moine, sa mort et l’église ont été érigées. Dans le complexe, il y avait 21 bâtiments, allant des salles publiques aux temples fermés. Cependant, le temps a détruit presque tous, les incendies et les tremblements de terre ont conduit au fait que les plus anciennes maisons survivantes appartiennent aux années 1630. Mais cela n’empêche pas d’apprécier toute la beauté et l’élégance de l’architecture japonaise. Vous pouvez entrer dans le temple par une énorme porte à deux étages, puis le chemin longe un escalier raide. La porte de San Mon, construite en 1619, est la plus grande au Japon, entrant dans la liste des trésors nationaux. La fierté du temple est sa cloche. Il pèse jusqu’à 74 tonnes, pour atteindre son son, 17 moines le battent tout de suite. La cloche de Chionin est aussi la plus grande du pays. Une caractéristique intéressante du temple est le sexe “chantant”. Quand un invité non invité entre dans la pièce, les assiettes commencent à croquer. Les moines ont donc découvert les visiteurs. À l’intérieur du temple, il y a une statue de ce très monseigneur Honen. C’est à Chionin que le film célèbre “The Last Samurai” a été filmé. Les visiteurs ne voient pas tous les bâtiments à l’intérieur du complexe, les frais d’entrée sont de 400 yens.

Les temples les plus inhabituels

Borobudur.

Ce complexe a été construit au VIIIe-IXe siècle par les dirigeants de Java de la dynastie Silendra. Le nom du complexe est traduit par “un temple bouddhiste sur la montagne”. Au XIX siècle, les envahisseurs hollandais de l’île ont découvert au fond de la jungle les ruines anciennes et massives du temple. Le complexe a été construit de 55 000 mètres cubes de pierres. Le temple contient environ 2700 panneaux en relief et 504 statues de Bouddha. Peut-être les créateurs ont-ils voulu répandre le Mont Meru, légendaire et extérieur, sur lequel, selon les légendes, tout le monde se repose. La construction a duré 75 ans et elle a impliqué beaucoup de travailleurs. Mais seulement deux cents ans plus tard, le complexe a été abandonné. Il ne reste pas clair pourquoi les gens ont quitté le temple à leur époque.La raison peut avoir été l’éruption volcanique et le déplacement du centre de la civilisation javanaise vers des terres plus sûres. Le temple pourrait symboliser le lotus situé sur le lac et dans lequel se trouve le Bouddha. Surtout dans ces endroits à l’époque, il y avait une surface d’eau. Aujourd’hui, certains experts pensent que Borobudur est un énorme livre de bouddhisme. Après tout, les bas-reliefs racontent les principaux repères de la vie de la divinité et les principes de son enseignement. Pour lire toutes les images, le pèlerin doit parcourir neuf plateformes et couvrir une distance de 2 milles. Si vous regardez Borobudur d’en haut, c’est un énorme symbole géométrique, qui signifie “univers”. La première restauration du complexe a commencé en 1907, ce qui lui a donné une apparence solennelle et imposante.

Les temples les plus inhabituels

Temple d’or.

Ce temple principal de la religion sikh est situé dans la ville d’Amritsar, dans le Punjab indien. L’a construit en 1589. Depuis 1604, il contient l’original du livre sacré “Adi Granth”, écrit par Guru Arjan. Pour les Sikhs, le temple symbolise leur liberté et leur indépendance spirituelle. Le bâtiment est situé sur le rivage d’un petit lac. Ils disent que c’était si calme que le Bouddha lui-même est venu ici pour méditer. Plus tard, sur le rivage du lac, il y avait un complexe et une ville entière. Le temple lui-même est décoré à l’intérieur avec des sculptures en marbre, dorées d’or et recouvertes de pierres précieuses. La partie principale du temple se trouve au milieu du lac, on peut y aller sur un étroit pont en marbre. Il symbolise le chemin que les gens ont surmonté du pécheur envers les justes. Chaque année, le premier septembre, des sikhs du monde entier viennent au temple. Le temple d’or a obtenu son nom grâce à la couverture de cuivre doré en 1761. Depuis, plusieurs fois il a essayé de voler et de détruire, mais les croyants ont rétabli à chaque fois leur sanctuaire. En 1984, des militants se sont installés dans le temple, une opération militaire contre eux a entraîné la mort de 492 civils. Bien que cet endroit et a vu beaucoup de sang, il est maintenant ouvert aux touristes, en fermant seulement un petit intervalle de nuit.

Les temples les plus inhabituels

Temple de Ranganath à Srirangam.

Ce temple hindou est dédié à Ranganatha, une des formes de Vishnu. C’est le plus grand bâtiment religieux du pays. De plus, le temple est le plus grand hindou actif au monde. Il est situé sur une superficie de 63 hectares. Selon la légende, un sage a porté la statue de Vishnu et a décidé de se reposer en la mettant au sol. Sous la statue était un grand serpent. Mais quand l’homme a décidé de continuer son voyage, il a découvert que la statue ne peut plus être élevée. Ensuite, un petit temple a été construit sur cet endroit. Au fil des siècles, il a grandi et s’est développé. Maintenant, le complexe est entouré de sept rangées de murs. Leur longueur totale est de 10 kilomètres. Sur les murs, il y a 21 tours carrées de différentes hauteurs. Le plus grand d’entre eux a 15 étages et une hauteur de 60 mètres. L’orgueil du temple est le «Hall of Thousand Columns». En fait, il y a 953. Seuls les croyants peuvent entrer dans le sanctuaire central, la divinité principale est là. Aussi dans le complexe, il existe plusieurs sanctuaires moins significatifs avec d’autres formes de Vishnu. Avec ce temple est relié le célèbre diamant “Orlov”. Après tout, une fois qu’il était situé dans le temple, jouait le rôle de l’oeil de la divinité.

Les temples les plus inhabituels

Angkor Wat.

Ce temple est le plus important de l’histoire, il est décrit dans de nombreux romans et est présenté dans plusieurs films hollywoodiens. Le complexe a été construit au début du 12ème siècle sur le territoire du Cambodge actuel. C’était le premier temple hindou dédié à Vishnu. Et au XIVe-XVe siècle, le bouddhisme est venu sur ces terres, l’église a commencé à servir la nouvelle foi. Aujourd’hui, il est possible de trouver des traces des deux religions. Une fois que le complexe faisait partie de l’ancienne capitale du Khmer, la ville d’Angkor. Il occupait une superficie de 200 km2, et vivait jusqu’à un demi-million de personnes. Le monde occidental a d’abord entendu parler d’Angkor Wat au 16ème siècle, quand un moine portugais a visité ici.Il a écrit: «Cette construction plutôt extraordinaire ne peut pas être décrite par des mots, notamment parce que d’autres bâtiments de ce genre n’existent tout simplement pas. Dans le complexe, il existe de telles tours et ornements que seul le génie humain peut créer. Ces mots sont vraisemblablement aujourd’hui. Le complexe a finalement été ouvert par les Français en 1861. Depuis 1992, la structure d’Angkor est sous la protection de l’UNESCO. Du point de vue de l’architecture, le temple unit les typologies du temple-montagnes et galeries. Angkor Wat se compose de trois bâtiments rectangulaires, dont la hauteur au centre augmente. Le périmètre est entouré d’un fossé aqueux. Sa largeur est de 190 mètres et la longueur totale est de 3,6 kilomètres. A l’intérieur de la structure se trouvent cinq tours sous forme de lotus. Pour grimper ici, vous devez surmonter un escalier assez raide. Les mains courantes ou d’autres moyens de sécurité sont simplement absentes. Mais seulement du haut, vous pouvez contempler toute la magnificence des formes, assaisonné d’une sculpture habile.

Les temples les plus inhabituels

Potala Palace et Jokhang Temple.

Au sommet de la Montagne Rouge à Lhassa, en Chine, ce complexe a été construit en 637 par le premier empereur du Tibet. Il ne portait pas de fonctions religieuses, n’étant que le palais de la règle. La construction a duré 200 ans et a été détruite par les guerres. Au milieu du 17ème siècle, le cinquième Dalai Lama a décidé de reconstruire le palais du Potala à une altitude de 3.700 mètres. Pendant trois ans, le bâtiment principal – le Palais blanc – a été érigé, et le Palais rouge est apparu plus tard. Pendant longtemps, le dalaï-lama vivait ici, jusqu’à ce que le présent soit forcé de quitter le Tibet après l’invasion chinoise en 1959. Maintenant, voici le musée de l’État.

Les temples les plus inhabituels

Le temple de Jokang

est le centre spirituel de Lhasa. C’est l’endroit le plus important et le plus sacré du Tibet. Le temple a été construit en 642, aujourd’hui la disposition ancienne originale a été préservée, malgré de nombreux changements. Aujourd’hui, le temple abrite plus de 20 pavillons dont la superficie dépasse 25 mille mètres carrés. Le plus important pavillon de quatre étages a été érigé au centre du monastère. C’est en elle que la statue en bronze du Bouddha est conservée. Pour atteindre le temple de Jokhang dans la ville de Lhasa, il existe trois chemins concentriques. En se promenant, beaucoup se prosternent pour recevoir l’illumination spirituelle dans ce lieu saint.

Les temples les plus inhabituels

Varanasi.

Laissez Varanasi ne pas être un temple, mais cette ville sainte hindoue est souvent appelée une “ville des temples”. Il est situé sur les rives de la rivière Ganges, et à presque chaque intersection, il y a une église. Chaque année, Varanasi est visité par des millions de pèlerins. Après tout, la ville est sacrée aussi pour les bouddhistes et pour Jains. Un tiers de la population de la ville est musulman, alors l’islam est vénéré ici. Même le christianisme a trouvé un endroit ici – le passé colonial de l’Inde se fait sentir.

Les temples les plus inhabituels

Keck Lok Si.

Ce temple est le plus grand en Asie du Sud-Est, il est situé en Malaisie sur l’île de Penang. Le nom même de ce complexe est littéralement traduit, comme «Temple du plus grand bonheur». La construction a commencé en 1893, et s’est terminée seulement en 1930, l’érection de la pagode Rama Six. La tour d’une hauteur de trente mètres reliait les traditions de l’architecture thaïlandaise, birmane et chinoise. La base a huit coins, comme d’habitude en Chine, le milieu est traditionnel pour les Thaïlandais, et le sommet est réalisé selon les traditions de la Birmanie. À l’intérieur du bâtiment, il y a beaucoup de statues de Bouddha, spécialement collectées dans le monde entier. Impressionnant et une statue de la Déesse de la Miséricorde Kuan Yin, ainsi que les écorces de tortoises situées ici. Ces animaux vivent en abondance dans les étangs proches du temple. Les tortues sont un symbole de la longévité. Les touristes sont autorisés à nourrir ces animaux vivant près de l’église de culte.

Les temples les plus inhabituels

Temple de Mahabodhi.

Ce temple célèbre est à l’endroit même où, selon la légende, l’inspiration est descendue sur Gautama, et il est devenu un Bouddha. On croit que pour la première fois, l’église sur ce site a été construite il y a 2 200 ans, pendant le royaume kushan au Ier siècle, il a été reconstruit. Avec le déclin du bouddhisme en Inde, le temple a été abandonné et dégradé.Seulement grâce à l’anglais au XIX siècle a été réalisée la reconstruction de cet endroit sacré. Près du temple se trouve le saint arbre de Bodhi, sous lequel Gautama était situé pour la méditation. Il est mort plusieurs fois, mais il a été cultivé à chaque fois de la semence de son prédécesseur. Le temple se fait sous la forme d’une pyramide de 50 mètres de haut. Il y a beaucoup de colonnes et d’ornements ici, qui forment son apparence unique. Depuis 2002, le temple est un objet protégé par l’UNESCO.

Les temples les plus inhabituels

Monastère de Shaolin.

Il y a beaucoup de légendes à propos de ce monastère, ainsi que des novices qui l’habitent. Le complexe du temple bouddhiste est situé en Chine centrale sur Songshan Mountain. Shaolin a été fondé en 495 par un moine indien Bhadra. En 530, Bodhidharma, le patriarche du bouddhisme Ch’an, est resté ici. C’est lui qui a donné aux moines de nouvelles méthodes de pratique, de méditation et de maintien de la santé. En 620, 13 personnes Shaolin ont aidé Li Shiminu à sauver son trône. En récompense, le monastère a eu le droit de maintenir sa propre armée. Depuis lors, Shaolin est un centre d’arts martiaux connu dans toute la Chine. En 1928, le monastère a été détruit, mais après un demi-siècle, grâce à la culture de masse et au cinéma, il a été reconstruit et agrandi. Le complexe du temple lui-même est assez beau, mais il est intéressant à cause de son histoire extraordinaire et célèbre.

Add a Comment