Huile de poisson

Pour la plupart d’entre nous, l’enfance est un moment lumineux avec de la glace, des vacances, des jeux. Mais beaucoup d’enfants ont laissé dans leur mémoire un souvenir désagréable – l’utilisation de l’huile de poisson. Avec ce produit de goût et d’odeur désagréables, les adultes nous ont nourri de cuillères. Pour les enfants, l’ingestion d’huile de poisson était une véritable catastrophe.

Pendant ce temps, on croyait que le produit augmente l’immunité et contribue au développement physique. Ce n’est pas un hasard si, à l’époque, il n’y avait pas de froid comme maintenant. Les enfants de l’huile de poisson ont grandi en bonne santé et saine, est-ce vraiment si miraculeux? Est-ce qu’il vaut la peine d’utiliser des enfants modernes? Heureusement, la pharmacie sur place ne vaut pas la peine.

Huile de poisson

Aujourd’hui, l’huile de poisson pure n’est pas consommée. Les capsules peuvent être facilement avalées, lavées à l’eau et évitant ces sensations désagréables très classiques. Mais beaucoup, conscients de leur expérience négative, décident de ne pas nourrir les enfants avec de l’huile de poisson. Et autour de ce produit, il existe de nombreux mythes, rendant sa réputation ambiguë.

L’huile de poisson n’est utile que pour tous.

Ce n’est pas tout à fait vrai. Il y a des personnes qui ont une intolérance individuelle à l’huile de poisson ou une allergie à ce produit. Ensuite, il sera clairement contre-indiqué. Dans l’huile de poisson, il existe exactement le même allergène que dans le poisson, d’où ce produit, en fait, est extrait. En conséquence, quelqu’un d’une seule capsule d’huile de poisson peut subir d’anomalies dans le corps comme des nausées, des vomissements, une urticaire et même un choc anaphylactique.

L’huile de poisson n’affecte pas la pression.

En fait, l’huile de foie de morue aide les patients hypertendus. Ce produit peut normaliser la pression sanguine, ce qui rend normal. Mais les personnes à pression réduite, l’utilisation de l’huile de poisson est même contre-indiquée.

L’huile de poisson pour les enfants est sûre.

Aussi étrange que cela puisse paraître, cette déclaration n’est pas si claire. Dans les extraits de poisson est un métal lourd. Le dépassement de la dose du médicament peut provoquer l’empoisonnement de l’enfant.

L’huile de poisson doit être consommée par des femmes enceintes et allaitantes.

Encore une fois, il vaut la peine de parler de la fausseté d’une telle déclaration. Dans l’huile de poisson, beaucoup d’acides Omega-3, qui affectent favorablement la future mère et son fœtus dans l’utérus. Cependant, il existe également des sels dangereux de métaux lourds dans la préparation. Donc, l’application de l’huile de poisson aux femmes enceintes et aux femmes enceintes devrait être discutée avec le médecin. Cela aidera à prescrire la posologie correcte.

L’huile de poisson peut être prise avec d’autres médicaments.

Cette déclaration n’est que partiellement vraie. On sait que l’huile de poisson peut provoquer une mauvaise assimilation des médicaments. Le résultat est l’empoisonnement et d’autres conséquences désagréables. Lorsque vous prenez un médicament, l’apparition de nouveaux suppléments devrait être discutée avec le médecin. Les experts notent que les faibles doses d’huile de poisson ne nuisent pas, mais on ne précise pas exactement quels volumes sont discutés.

Huile de poisson

L’effet exact de l’huile de poisson est inconnu.

Un grand nombre d’études sur l’effet des graisses insaturées d’oméga-3, contenues dans l’huile de poisson. Cet ingrédient actif réduit le niveau d’inflammation, la coagulabilité du sang, aide à combattre l’arythmie et les maladies cardiaques. L’huile de poisson lutte avec un arrêt cardiaque soudain, réduit la douleur dans la polyarthrite rhumatoïde, contribue à l’asthme, à la perte de poids, à la dépression, augmente la capacité cognitive et lutte contre la maladie d’Alzheimer. Cependant, il existe d’autres données. Les premières études de l’action de l’huile de poisson ont été effectuées à une époque où les maladies cardiovasculaires elles-mêmes étaient traitées différemment. Même un léger effet a été observé dans le contexte des médicaments inefficaces. Il était important d’étudier les Danois dès les années 1970. Il s’est avéré que les habitants indigènes du Groenland souffrent très rarement de maladies cardiaques et vasculaires. Plus tard, il s’est avéré que le nombre de maladies était considérablement sous-estimé, et le travail lui-même est plein d’hypothèses. Dans les années quatre-vingt-dix, de nombreuses études sont apparues qui prouvent l’inutilité de l’huile de poisson. Mais le refus catégorique en tant que médicament ne vaut pas la peine.

Il est préférable de manger du poisson, pas sa graisse.

Les poissons issus des graisses oméga-3 sont aussi sains que les poissons. Des dizaines d’études cliniques sur les préparations à base d’huile de poisson ont montré leur efficacité. De tels médicaments traitent les maladies cardiaques, réduisent la mortalité, la dépression, réduisent la douleur et les symptômes désagréables de l’arthrite. Mais compte tenu du mythe précédent, les médecins recommandent, si possible, de manger tout le même poisson, pas seulement sa graisse.

Il est préférable de consommer des fruits de mer, pas de l’huile de poisson.

Si on parle de poisson-chat, de crustacés et de crustacés: les crevettes, les homards, alors dans de tels produits est une teneur extrêmement faible en gras de l’oméga-3. Mais dans le saumon, le maquereau, la sardine et le hareng sont beaucoup plus. Selon les dernières données, l’effet n’est même pas sur la viande de poisson, mais sur la graisse. Les fruits de mer sont également utiles, mais il ne vaut pas la peine de les ignorer, mais l’espoir d’obtenir des graisses oméga-3 ne leur parvient pas.

Il suffit de manger du poisson deux fois par jour pour obtenir une consommation de matières grasses.

Les spécialistes de l’American National Institute of Health croient qu’un adulte moyen par jour suffit de 3,500 mg d’oméga-3. C’est environ 150-200 grammes de saumon tous les jours. Mais cette partie peut être complètement remplacée par un médicament à l’huile de poisson. Il faudra moins si vous réduisez la consommation d’huile de maïs et de soja, de margarine, de viande et d’autres produits aux graisses oméga-6. Ils sont antagonistes de l’huile de poisson.

Dans l’huile de poisson, il y a beaucoup de mercure.

La teneur en mercure du poisson et de sa graisse est compensée par un haut niveau de sélénium. Cet élément ne permet pas d’accumuler du métal nocif dans les tissus des poissons et des humains. Néanmoins, les femmes enceintes sont meilleures pour réduire les risques en refusant de manger du poisson comme le requin, l’espadon, le maquereau, le maquereau et le thon.

L’huile de poisson aide le diabète.

La recherche scientifique sur ce sujet est très controversée. Certains scientifiques affirment que l’huile de poisson augmente le taux de sucre dans le sang chez ceux qui tentent de garder les nombres dans les limites normales. D’autres, au contraire, témoignent du retour aux normes d’excès de sucre. Sur les sites qui publient des suppléments biologiquement actifs, vous pouvez souvent voir des recommandations pour prendre de tels médicaments pour les diabétiques avec de l’huile de poisson, ce qui peut être complexe à des fins dangereuses. Les personnes atteintes de diabète doivent encore préalablement consulter au sujet de la prise d’huile de poisson avec leur médecin.

Huile de poisson

Le poisson et l’huile de poisson sont les mêmes.

L’huile de poisson est un extrait du foie de poisson de la famille de morue. Mais récemment, les scientifiques sont alarmés par la détérioration de l’écologie dans la mer. Et après tout le foie et s’engage dans une filtration dans un organisme de sang, laissant en soi des éléments nuisibles. Ce n’est pas par hasard que, en raison de la mer sale dans l’URSS dans les années 70-80, l’huile de poisson pour les enfants a été interdite. Et aujourd’hui en Angleterre pour les enfants de moins de 5 ans, il y a une interdiction similaire. Il y avait des partisans d’un autre produit de poisson, de l’huile de poisson. On le trouve dans les tissus musculaires. Il s’agit donc de deux produits différents qui sont faciles à confondre pour la personne moyenne. Nous devons examiner attentivement ce qui est écrit sur le paquet. La graisse provenant du tissu musculaire est également appelée huile d’ichtyle ou d’huile de poisson. Le complexe lui-même, quelle que soit la graisse, peut être vendu sous forme d’huile ou d’une capsule moderne. Et dans ce cas, et dans ce cas, la préparation est riche en acides oméga-3, mais l’huile de foie de morue est une source supplémentaire de vitamines A, E et D. f

Add a Comment