Érosion cervicale

Parmi les maladies qui piègent les femmes, l’une des plus dangereuses est l’érosion cervicale. Cette maladie insidieuse est révélée au cours de l’examen primaire chez 15-20% des femmes. Le danger est que l’érosion du col de l’utérus se déroule secrètement, sans symptômes évidents et augmentation de la température. Il n’est pas surprenant que cette maladie répandue, mais mystérieuse, ait été surmontée de beaucoup de mythes.

Érosion cervicale

L’érosion du col est causée uniquement par une infection.

Le virus n’est pas toujours la cause de cette maladie. Le col est situé dans la transition entre le vagin et l’utérus. Cela suggère qu’un tel endroit dans le système reproducteur d’une femme est le plus vulnérable. Un traumatisme à la naissance ou des rapports sexuels infructueux, des processus inflammatoires dans le vagin et des changements simplement hormonaux dans le corps d’une femme – tout cela peut entraîner une érosion du col de l’utérus. Néanmoins, il faut reconnaître que la cause la plus fréquente d’une telle pathologie est l’infection. Le fait est que toute plaie virale, quoique insignifiante et bien cicatrisée, peut aller aux parois du col de l’utérus. Si la maladie infectieuse survient longtemps (par exemple, infection herpétique, chlamydia, mycoureoplasmose ou papillomavirus), cela entraîne une modification des propriétés des cellules épithéliales. Ils commencent à se diviser plus rapidement, ce qui provoque une érosion.

La pathologie du col de l’utérus survient chez les femmes après 40 ans.

Auparavant, en effet, l’âge moyen des femmes avec de telles pathologies était d’environ 40 ans. Cependant, il y a eu récemment un rajeunissement rapide de la maladie. Aujourd’hui, même les filles de 16 ans peuvent rencontrer l’érosion du col de l’utérus. La raison en est ici principalement dans les pathologies plus fréquentes du système endocrinien, ce qui conduit à un déséquilibre des hormones féminines. En conséquence, la division cellulaire incontrôlée et la croissance des structures glandulaires sont observées. Dans ce contexte, l’apparition de tumeurs est une question de temps.

L’érosion du col de l’utérus peut passer par lui-même.

Un tel mythe est très dangereux, car il peut même mener à la mort d’une femme. Chaque année, le cancer du col de l’utérus est diagnostiqué chez environ 600 000 patients. La cause principale réside dans l’érosion non traitée. La maladie se transforme graduellement en dysplasie, un état précancéreux, et après quelques années, la pathologie devient maligne. Ainsi, il faut comprendre que les violations dans les muqueuses du col de l’utérus sont en fait une bombe à retardement. Est-ce qu’il vaut la peine de risquer votre propre vie, de manger des déclarations douteuses sur l’auto-guérison de l’érosion cervicale? En soi, il ne résoudra pas. Bien que des exceptions ici, ainsi que dans chaque règle, se produisent. Seuls ces cas sont si rares que l’on ne devrait pas compter sur eux. Par conséquent, il est préférable de ne pas commencer une maladie dangereuse, deux fois par an il faut visiter un gynécologue pour un examen de routine.

Une petite érosion de l’utérus ne menace pas de proliférer dans une tumeur oncologique.

Il n’y a aucune dépendance de la malignité potentielle de l’érosion cervicale sur sa taille. C’est pourquoi il est impossible de déterminer par la nature de l’endommagement des cellules épithéliales. Par conséquent, tout médecin compétent, examinant son patient même avec la plus petite érosion, mènera certainement des études plus détaillées de la zone affectée de la muqueuse. En premier lieu, il y aura des tests pour la présence d’infections, ce qui provoque une pathologie cervicale. Pour cela, une étude cytologique et bactériologique sera réalisée. La prochaine étape du diagnostic sera la colposcopie. Une telle étude du col de l’utérus au microscope permettra d’étudier autant que possible la structure de la couche épithéliale, pour trouver sa pathologie dans des endroits que ni le patient lui-même ni son médecin ne l’ont déjà suspecté. Ensuite, une biopsie est déjà effectuée. Cette étude vous permet d’arriver à un diagnostic définitif, en découvrant quel type de dégénérescence des cellules épithéliales auxquelles le médecin doit faire face.Les changements sont-ils bénins ou malins? Si nécessaire, le médecin peut demander à une femme de passer un test de sang au niveau des hormones hypophysaires et ovariennes. Toute cette information aidera à comprendre pourquoi l’érosion s’est produite. La compréhension de la maladie permettra un traitement plus efficace.

En cas d’érosion, la moxibustion devrait être effectuée.

Jusqu’à récemment, la cautérisation des tissus affectés à haute température (diathermoelectrocoagulation) était une méthode plutôt populaire pour lutter contre cette maladie. C’est seulement l’efficacité de cette méthode n’est que de 50 à 65%. L’utilisation fréquente d’une telle technique est probablement due au banal banal de l’équipement requis pour un tel traitement. Aujourd’hui, les gynécologues arrivent à la conclusion qu’une telle technique fait plus de mal que de bien. La cauterisation conduit au fait que les tissus cervicaux guérissent pendant une longue période, jusqu’à 2-3 mois. En conséquence, les femmes qui ont subi une diathermoélectrocoagulation obtiennent souvent une endométriose du col de l’utérus, les fonctions menstruelles sont violées. Au cours de la naissance du col de l’utérus à cause des cicatrices qui y sont formées après la cautérisation, il ne peut pas être ouvert, si nécessaire.

Il est possible de se débarrasser de la pathologie du col de l’utérus en utilisant des méthodes de traitement non traditionnelles.

C’est vraiment possible, si le tissu est légèrement endommagé. Ensuite, par exemple, la coagulation chimique (douches douanières pharmaceutiques) aidera. Mais ces méthodes non conventionnelles dans ce cas, comme la phytothérapie, la physiothérapie ou la réflexologie ne peuvent avoir un effet thérapeutique. Donc, un tel traitement ne contribue pas en cas de pathologies graves du col de l’utérus. Il convient de noter que la coagulation chimique en général est contre-indiquée chez les femmes souffrant d’allergies. Le fait est que les médicaments peuvent provoquer des réactions indésirables graves.

Érosion cervicale

Il est préférable de traiter l’érosion avec la cryodestruction.

L’efficacité de cette technique est significativement plus élevée que celle de la cautérisation – 85 à 90%. Cependant, il ne peut pas être considéré comme le meilleur. En effet, au cours des 10 dernières années, cette technique est devenue très populaire auprès de nos gynécologues. Il consiste à congeler les tissus affectés en raison de basses températures. Mais même ici, il y a des inconvénients. Par exemple, ni même le gynécologue le plus expérimenté sera en mesure de calculer avec précision combien de laisser geler les tissus. En conséquence, la crampe sur le col de l’utérus peut se libérer. Une femme, après avoir subi une telle opération, peut allouer des isolats de suppositoires blancs pour un autre mois. Quand ils s’arrêtent, trois mois après la procédure, vous ne pouvez pas nager dans la mer, la rivière ou même la piscine. En outre, l’interdiction des rapports sexuels vaginaux est également imposée. La cryodéstruction n’est pas également réalisée chez les patients nullipares. La technique n’est pas utilisée s’il existe des infections aiguës et des maladies inflammatoires dans le vagin et le col de l’utérus. En outre, l’érosion peut provoquer une rechute, puis la réutilisation de cette technique augmente de moitié le risque d’effets secondaires et de complications indésirables. Par conséquent, le traitement le plus efficace pour cette maladie aujourd’hui est la chirurgie au laser. Il présente un avantage significatif par rapport aux autres méthodes – l’impact du faisceau dosé sur la zone affectée, alors qu’une certaine profondeur est définie. L’utilisation de la technologie laser minimise le risque d’infection par des infections pendant le traitement. Un autre avantage de cette technologie est la guérison rapide des surfaces traitées. Le fait est que l’épithélium est endommagé par un point laser et pas profond. La chirurgie au laser ne laisse pas de cicatrices, ce qui est particulièrement important pour les femmes nullipares.

L’érosion cervicale interfère avec la réalisation de l’orgasme.

Les experts affirment que le centre de la sensation orgasmique est habituellement le clitoris, moins souvent certaines parties du vagin peuvent être incluses et très rarement – le col de l’utérus. C’est pourquoi l’érosion de cet endroit n’affecte pas la diminution de la sensibilité.Certes, une femme qui connaît sa maladie gynécologique interne peut commencer à éprouver une insécurité psychologique qui l’empêche simplement de se révéler. Dans tous les cas, l’érosion du col de l’utérus, même si elle n’interfère pas avec l’orgasme, devrait être traitée en temps opportun. Sinon, la sphère reproductive et sexuelle de la vie d’une femme peut en subir.

L’érosion cervicale n’existe pas, il existe sa pathologie.

Par pathologie, on entend le site de la rougeur sur le cou, qu’on peut le voir même à l’œil nu. Mais l’érosion réelle sous la forme d’une abrasion ou d’une petite blessure sur la muqueuse peut être rencontrée très rarement. Les raisons possibles de cela ont été discutées ci-dessus.

En cas d’érosion, des tampons avec de l’huile d’argousier aideront.

Les médecins ne recommandent pas fortement d’utiliser de tels outils. Après tout, l’utilisation de tampons (avec jus d’aloès, huile d’argousier, etc.) dans les cas où l’érosion est très nocive. De telles substances sont des bioestimulants, elles peuvent avoir un effet inutile sur les principes de la différenciation tissulaire. Cela peut entraîner l’apparition de processus précancéreux dans le col de l’utérus.

L’érosion n’est pas traitée avant la livraison.

Les femmes confondent souvent l’érosion et l’ectopie. C’est le dernier et se produit chez les femmes nullipares âgées de moins de 25 ans. En apparence, il ressemble vraiment à l’érosion, ce qui entraîne des erreurs par les gynécologues. Les médecins commencent à le traiter de manière conservatrice ou même chirurgicalement. L’ectopie est une maladie congénitale, dans laquelle une partie de la muqueuse du canal du cou dépasse sa position. Ce n’est pas une pathologie, mais une ectopie passe par elle-même. Un médecin compétent devrait mener une étude cytologique, ce qui montrera que ce n’est pas une érosion. Ensuite, le patient doit être observé après avoir atteint 25 ans. Si l’ectopie commence à augmenter, il faudra faire une biopsie, et aussi utiliser le traitement chirurgical le plus étonnant (par exemple, une onde radio). En cas de disparition de l’ectopie ou de préservation des dimensions, il n’est pas recommandé d’effectuer des interventions sur le col de l’utérus. Mais si cela revient tout de même à l’érosion du col de l’utérus, il faut traiter et ne pas être retardé.

Après la naissance, l’érosion ne peut pas être traitée.

Et ce n’est pas tout à fait vrai. En fait, si le gynécologue voit des changements sur un cou après les sortes, alors, dans un demi-anne, un tel état est simplement observé. Dans le cas où il n’y a pas de modifications, il est nécessaire de commencer un traitement complexe. À cette fin, les ondes radio ou un laser sont appropriés.

La plupart des femmes n’ont pas d’érosion, mais une pseudo-érosion, qui ne doit pas être traitée.

Les médecins disent que l’érosion réelle, quand il n’y a pas de couverture de l’épithélium, est rare. Beaucoup plus commun est un phénomène tel que la pseudo-érosion. Ce terme signifie une condition lorsqu’il existe déjà des parties cicatrisantes et des parties enflammées. Cependant, une telle maladie nécessite une surveillance minutieuse. Si l’examen cytologique montre la présence de cellules bénignes atypiques, ou si le nombre de globules blancs est détecté au-delà de la norme, cette pseudo-érosion devrait être traitée aussi rapidement que possible.

Érosion cervicale

Le traitement de l’érosion peut entraîner des complications pendant la grossesse et l’accouchement.

Si traité avec cryodestruction, électricité ou azote liquide, cela peut provoquer des cicatrices sur le col de l’utérus. Dans le temps de porter l’enfant, cela peut se transformer en larmes. C’est pourquoi les cliniques modernes offrent des techniques plus avancées. Dans cette position, il est absolument sûr d’utiliser un laser ou un couteau radiosurgique. Cela s’applique également aux patients qui envisagent de devenir enceintes dans un proche avenir.

Add a Comment