Bourgeons du rein

Le kyste du rein

est une formation qui est remplie de liquide. Le kyste est situé à l’intérieur de l’organe ou sur sa surface. En règle générale, le kyste du rein seul ne pose pas de problèmes à une personne. Mais il faut savoir que les complications qu’un kyste peut donner sont assez dangereuses – il peut s’agir de suppuration, de rupture de kyste, de développement de tumeurs.

Le kyste est acquis et congénital. Les kystes sont souvent détectés avec un examen ultrasonore de la cavité abdominale. Le kyste du rein est une atteinte réelle du rein. Un simple kyste de rein est plus fréquent chez les hommes. De telles anomalies comme le kyste dermoïde, le rein spongieux et la multicystose du rein sont rares.

Le kyste du rein n’a pas de symptômes graves. De telles situations sont souvent rencontrées. Dans ce cas, le kyste du rein, en règle générale, est détecté par un examen ultrasonore des organes abdominaux.

Un simple kyste solitaire du rein se forme à la surface de l’organe.

À la profondeur du tissu rénal, un tel kyste (il est célibataire) est formé très rarement. La forme de ce kyste est ovale ou ronde. Le kyste acquis peut se produire avec les maladies suivantes. Cette pyélonéphrite, la tuberculose ou la tumeur des reins, ainsi que l’urolithiase. La cause de la formation du kyste du rein est le fait du chevauchement du tubule rénal. En conséquence, l’urine s’accumule dans le tubule (qui ne peut pas être excrété du rein). Cela conduit au fait que le tubule rénal se dilate, il peut atteindre de grandes tailles – un kyste (formation de fluide) apparaît. Le kyste a un effet compressif sur les tissus rénaux environnants (avec une augmentation de la taille des compresses et du bassin du kyste), entraînant une diminution de l’apport sanguin du tissu rénal. Ce processus peut s’accompagner d’un état d’hypertension artérielle. Si le kyste a atteint une grande taille, il peut être facilement traumatisé, ce qui peut entraîner sa rupture.

La douleur dans la région lombaire est caractéristique du kyste du rein.

La douleur peut être d’une intensité différente, en plus, si le kyste est petit, sa présence dans le corps peut ne pas être perceptible. Alors qu’un grand kyste peut entraîner une douleur chronique et aiguë, surtout si elle comprime le bassin du rein. Dans une telle situation, une violation de l’écoulement d’urine est très probable (ce qui peut contribuer au développement de la pyélonéphrite). Le kyste de grande taille est sondé à travers la paroi abdominale antérieure.

L’échographie est la base du diagnostic de kyste de rein.

L’échographie de la cavité abdominale est une étape importante dans l’examen du patient, mais pas le seul. De plus, on lui donne le passage de l’urographie excrétoire, de la scintigraphie. Les artères rénales peuvent être examinées en contrastant; dans certains cas, une tomodensitométrie est réalisée.

Pour un kyste solitaire du rein, il n’est pas possible d’identifier des signes cliniques non ambigus.

Un kyste simple ne les possède pas. Cas fréquents lorsqu’un kyste simple est détecté, pour ainsi dire, par accident. L’examen portant sur des maladies complètement différentes révèle un kyste solitaire du rein. Cependant, certains symptômes peuvent encore être identifiés. Il s’agit de l’apparition possible de la douleur dans la région lombaire (si la douleur a lieu, puis, en règle générale, elle a un caractère de traction), l’hypertension, ainsi que la possibilité de sondage du kyste (même le patient est capable de le détecter). La douleur tend à augmenter après un effort physique sur le corps du patient. L’hypertension artérielle – c’est-à-dire une pression artérielle élevée – est plus probable en présence de kystes importants. Lorsque le kyste se trouve à l’intérieur du corps, l’hypertension peut également se développer.

Le kyste de rein et le rein polykystique sont deux maladies complètement différentes.

Comme vous le savez, la maladie du rein polykystique est une maladie transmise par héritage. Cette maladie est caractérisée par la présence de kystes multiples dans le tissu rénal.En outre, la polycystose affecte les deux reins du corps humain, la probabilité d’une maladie rénale polykystique est approximativement la même chez les femmes et les hommes – la maladie se trouve loin d’être immédiatement et à environ l’âge de 30 ans, lorsque l’image de la maladie est la plus développée. Les reins des reins sont plus bénins, comparés aux kystes de la polycystose. Cette maladie peut être acquise à tout moment de la vie, ne peut toucher qu’un seul rein.

Le kyste solitaire du rein doit être enlevé chirurgicalement.

En règle générale, ce n’est pas tout à fait vrai. Si un simple kyste de rein a atteint une grande taille, le patient est cyste par voie transcutanée – cette méthode est la plus économe pour le patient, elle évite les chirurgies ouvertes (cavitées). Une ponction percutanée du kyste du rein est l’élimination du contenu du kyste. Le patient est également injecté avec des médicaments spéciaux dans la cavité du kyste – l’objectif: la prévention du risque possible de reprise répétée de la maladie. Cependant, si le kyste solitaire a un effet compressif sur les organes adjacents au rein, le patient peut recevoir un traitement chirurgical. Dans ce cas, son essence consiste à éliminer immédiatement le kyste du rein, dont les murs sont excisés et, selon de nombreux experts, plus tôt cette opération est effectuée, elles sont meilleures pour le patient, car le rein peut restaurer sa fonctionnalité plus rapidement.

La ponction percutanée du kyste du rein se fait à l’aide d’une aiguille spéciale.

Le patient se couche dans la position indiquée sur le ventre, on lui fait une anesthésie locale. Dans les cas où le kyste est situé à la surface de l’organe, la ponction est réalisée spécifiquement à cet effet avec une aiguille. La procédure complète est surveillée à l’aide d’un appareil à ultrasons ou d’un tomographe informatique. Le spécialiste détermine où se trouve le kyste, puis effectue l’introduction de l’aiguille dans la cavité du kyste. Ensuite, son contenu est supprimé.

La sclérothérapie est une étape indispensable dans l’élimination transcutanée du contenu du kyste du rein.

La sclérothérapie elle-même est l’introduction de certains médicaments directement dans la cavité du kyste. Après leur administration, la sclérose et la contraction subséquente du kyste rénal sont causées. Dans la plupart des cas, 95% d’alcool éthylique sont injectés dans la cavité du kyste, cependant, les études médicales montrent un résultat positif lorsque des solutions antiseptiques sont introduites dans la cavité du kyste, l’alcool en combinaison avec des médicaments antibactériens et autres. Pour déterminer le volume nécessaire du médicament injecté dans la cavité du kyste du rein, il est nécessaire d’établir le volume initial du kyste – la quatrième partie de ce volume et sera égal au volume requis du médicament administré (moins de 25% – inefficace). Quel que soit le médicament utilisé, il est administré pendant une certaine période (pas en permanence). Généralement, c’est un intervalle de cinq à vingt minutes. Une fois que le temps requis s’écoule, la solution est retirée de la cavité du kyste. La pratique médicale montre que, sans accompagnement de la ponction du kyste rénal avec la sclérothérapie, la maladie ne se reproduit que dans 10 à 20% des cas, c’est-à-dire à l’avenir, la maladie survient à nouveau.

La ponction percutanée du kyste du rein donne une garantie de cent pour cent pour se débarrasser de la maladie.

Pour être plus précis, la probabilité d’une élimination complète de la maladie varie de 75% à 100% (différents auteurs donnent des estimations différentes).

La ponction percutanée du kyste du rein ne peut pas être effectuée toujours.

En général, seulement 8% des patients atteints de cette maladie ont besoin d’un traitement en général. La question du besoin de traitement se pose dans les cas suivants. Ceux-ci incluent une hémorragie dans la cavité du kyste (qui provoque des douleurs), l’apparition de sang dans l’urine, une violation de l’écoulement d’urine, une insuffisance rénale, le développement de la pyélonéphrite, etc.En présence de telles plaintes, une procédure de ponction percutanée du kyste peut être effectuée, mais seulement si la ponction du kyste n’entraîne pas un risque pour les structures environnantes du rein. D’autres cas nécessitent une intervention chirurgicale.

Le kyste dermoïde du rein est extrêmement rare.

Il s’agit d’une éducation cavitaire. Dans la cavité de ce kyste, il peut s’agir de tissus adipeux, de cheveux et même de dents – pour un tel kyste particulier à la présence d’éléments inhabituels pour cette zone d’éléments tissulaires. En règle générale, le kyste dermoïde est une formation solitaire. Le formulaire est rond, souvent pas tout à fait correct. La taille du kyste dermoïde varie de quelques millimètres à plusieurs centimètres. Le kyste ne donne généralement pas de douleur et peut être détecté plusieurs années après son apparition. Un kyste dermoïde est également susceptible de se produire chez les hommes et les femmes. Il est assez difficile de diagnostiquer ce type de kyste car il ne présente pas de symptômes importants (il apparaît souvent plusieurs années après la formation). La tomographie par ordinateur en cas de diagnostic du kyste dermoïde est la méthode la plus instructive. Le kyste est traité chirurgicalement. C’est bénin.

Le rein spongieux est une maladie rare.

Dans une certaine mesure, il se produit chez les garçons. Le rein spongieux est une anomalie de développement, dans laquelle de nombreux kystes minuscules sont localisés dans la profondeur du tissu rénal. En règle générale, la lésion dans cette anomalie se répand sur les deux reins, mais pas l’organe entier, mais seulement une partie, peut couvrir. Le rein spongieux ne se manifeste pas pendant une longue période de temps. La détection de cette anomalie peut se faire par urogram excreteur. Grâce à elle, un grand nombre de cavités se trouvent dans la moelle du rein. Le rein spongieux peut donner une complication sous forme d’urolithiase, dans laquelle de petites pierres se forment dans les gobelets rénaux. Les signes possibles de cette anomalie (qui ne sont pas toujours exprimés) sont l’apparition de sang dans l’urine et la douleur dans la région lombaire. En soi, le rein spongieux ne nécessite pas de traitement spécifique, mais il est nécessaire de développer des complications. Dans certains cas (lorsqu’une infection se joint à une anomalie et que la pyélonéphrite se développe), le rein peut être éliminé.

La multicritose du rein est une anomalie plutôt rare.

En effet, l’incidence de la multicystose dans le rein est d’environ 1% de toutes les anomalies dans le développement de cet organe. En règle générale, la multicystose du rein est une maladie unilatérale (c’est-à-dire qu’elle ne touche qu’un seul rein). Le développement de la multicystose bilatérale est rarement compatible avec la vie humaine. Le plus souvent, la maladie est observée chez les garçons. En règle générale, l’anomalie s’étend au rein gauche. La multicritose du rein se caractérise par une disparition complète des tissus rénaux. Il est remplacé par des formations kystiques (remplies de liquide), en raison de quoi le rein augmente grandement en taille – il peut être palpé, sa surface est inégale.

Le rein de Mutikistoz est traité chirurgicalement.

Et seulement ainsi. L’opération peut être effectuée de toute urgence, si elle est une suppuration de kystes. La rupture du kyste est également la base de l’intervention chirurgicale d’urgence. L’essence de l’opération consiste à éliminer le rein affecté par la multicystose.

Add a Comment